Derniers sujets
» Conviviale d'été à Naussac 21 22 Juillet '18
Hier à 23:40 par Romathlon

» Dimanche 12/08/18: les 6h de Naussac ?
Mer 18 Juil 2018 - 20:09 par laurent.a

» session wake mardi soir
Lun 9 Juil 2018 - 19:10 par seb42

» dimanche 1 on fait sa fête à l'été à Naussac
Lun 2 Juil 2018 - 19:44 par jacou42

» des nouvelles de meteo parapente et piou piou
Dim 1 Juil 2018 - 9:45 par Math

» Apéro kite demain au Guizay
Ven 29 Juin 2018 - 7:33 par kangoo42

» lundi 25 juin
Mar 26 Juin 2018 - 17:17 par seb42

» GIN Shaman et Cannibal II
Mer 20 Juin 2018 - 10:04 par Imbib

» Dimanche 17/6
Dim 17 Juin 2018 - 4:40 par aurélien

Galerie


Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Il offre à son fils un «voyage» dans l'espace

Aller en bas

Il offre à son fils un «voyage» dans l'espace

Message  masc le Mar 2 Nov 2010 - 21:12

Preuve qu'on peu avoir la tête dans les étoiles sans être ingénieur à la Naza :

Le petit Max rêvait de découvrir le noir sidéral. Après huit mois d'essais, son père, Luke Geissbuhler, a mis au point un ballon équipé d'une simple caméra qui irait chatouiller les limites de la stratosphère. Le film - magique - est sur le net.

«Papa, dessine-moi une fusée pour aller dans l'espace.» Combien auraient répondu à leur fils de 7 ans: «Lis Tintin!» ou «Mais mon chéri, ton père est tout sauf un ingénieur génial...»

Luke Geissbuhler (et pas Skywalker, la rime était facile) n'est pas plus expert en voyages spatiaux que poissonnier. Mais, décidant d'offrir à son fils Max un voyage dans les étoiles, il a décidé d'y envoyer une caméra. Monteur-réalisateur new-yorkais, pas question cependant pour papa d'aller s'équiper en matériel hi-tech. Une caméra bon marché, de la mousse, un ballon, un iPhone et un petit parachute suffiront.

Un iPhone dans l'espace

La caméra - surprise! - filmera, la mousse servira à fabriquer une sorte de sarcophage pour protéger l'électronique du froid sidéral et l'iPhone permettra une localisation précise une fois que la «fusée» aura retrouvé le plancher des vaches, amortie dans sa descente par le parachute.

Reste qu'une telle opération ne s'improvise pas. Durant huit mois, père et fils ont étudié. Les vents, les conditions atmosphériques. Ont fait des batteries d'essais avant de se lancer.

«Five, four, three, two, one, GO!»

En août dernier, dans un parc proche de New York, Max Geissbuhler décompte au plus vite les «secondes» qui le séparent du rêve qu'il avait formulé huit mois plus tôt. Le ballon est lancé. En deux minutes, il a déjà grimpé de 1000 mètres. Soixante-huit minutes plus tard, à près de 30'000 mètres, le ballon se stabilise, tutoie l'apesanteur et éclate. Largué, freiné par le parachute, le coffret entame alors une folle redescente.

Il tombera... à moins de 50 kilomètres de son lieu de décollage, accroché à un arbre. La caméra, elle, n'aura manqué que deux minutes de la folle épopée. Soit le temps écoulé entre le dysfonctionnement de la batterie et l'atterrissage.

Au bout de l'aventure, Luke et Max auront donc ramené de l'espace les images dont rêvait le petit garçon. Le tout pour 400 à 500 dollars...

Homemade Spacecraft from Luke Geissbuhler on Vimeo.


Trouvé ici par Gloops.

avatar
masc

Nombre de messages : 1991
Localisation : Les collines d'Evendim
Date d'inscription : 05/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum